Le daltonisme se présente comme une anomalie ou une maladie génétique affectant la vision. Plus précisément la perception des couleurs. De ce fait, celui qui est touché par cette maladie est incapable d’exercer des professions dans le transport (pilote, conducteur...), dans la sécurité publique (agent des douanes, pompiers...), en laboratoire (pharmacien...), etc.

Cette anomalie peut être détectée dès l’âge de 4 ans grâce à un test spécifique réalisé auprès d’un ophtalmologue. Si vous pensez être daltonien ou que c’est peut-être votre enfant qui l’est, comptez sur bubbly pour obtenir un diagnostic dans les meilleurs délais.

Qu’est-ce que le daltonisme ?

Le daltonisme est aussi appelé dyschromatopsie. Sa découverte remonte au 18ᵉ siècle par le chimiste et physicien britannique John Dalton. Il fut également le premier à écrire un article scientifique sur le sujet en 1798.

Il faut savoir que cette maladie touche principalement les hommes. En effet, 8 % des hommes seraient daltoniens contre 0,5 % des femmes. La raison de cette disparité s’explique par le fait que le daltonisme affecte les gènes présents sur le chromosome sexuel X (23e chromosome). Les femmes possèdent deux chromosomes X, pour qu’elles soient daltoniennes, il faudrait alors que tous deux soient affectés par le gène anormal. Les hommes possèdent un chromosome X et un chromosome Y. Dans leur cas, il suffit que le 23e chromosome uniquement porte le gène anormal pour être daltonien.

À l’heure actuelle, il n’est pas possible de guérir totalement un cas de daltonisme. Néanmoins, en portant des verres ou des lentilles de contact anti-daltonisme peuvent réduire les effets de l’anomalie.

Quelles sont les causes du daltonisme ?

De manière générale, le daltonisme est causé par une anomalie héréditaire transmise par la mère sur le chromosome X. Dans ce cas, on peut parler de daltonisme inné, mais il existe aussi des formes acquises. Entre autres, des personnes sont devenues daltoniennes suite à un accident ayant causé des lésions nerveuses, cérébrales ou oculaires.

Par ailleurs, il est possible de devenir daltonien suite à une consommation trop importante de médicaments. Par exemple, la chloroquine. En outre, un état de santé particulier comme le diabète peut également amener à contracter cette maladie.

Enfin, avec l’âge, les yeux perdent de leur capacité à distinguer les différentes nuances de couleurs. Pour le dire autrement, plus nous avançons en âge, plus les chances de devenir daltonien augmentent. Cependant, il faut remarquer que dans le cas présent, l’incapacité à distinguer les couleurs s’observe à peine : le cerveau arrive à compenser l’effet.

Comment fonctionnent les yeux des daltoniens ?

Avant d’expliquer comment une personne daltonienne perçoit le monde, voyons d’abord le fonctionnement de l’œil. Ainsi, vous aurez une meilleure compréhension de la maladie.

Des cellules spécifiques sensibles à la lumière se trouvent à l’intérieur de la rétine. Ces cellules photosensibles s’appellent les cônes. Il en existe 3 sortes et chacun répond à une longueur d’onde spécifique qui peut correspondre à la couleur rouge, bleu ou verte (les 3 couleurs primaires). Tant que les cônes travaillent de concert et transmettent les informations lumineuses, vous êtes capables de reconnaître les différentes couleurs et leurs nuances.

Dans le cas d’une personne atteinte de daltonisme, un de ces cônes est déficient, voire absent. D’ailleurs, on distingue 3 types de cette maladie, le dichromatisme, le monochromatisme et le trichromatisme anormal.

Le dichromatisme

Une personne dichromatique, comme son nom l’indique, ne distingue que deux couleurs parce qu’elle ne possède que 2 cônes. Quant aux couleurs perçues, les combinaisons possibles sont :
  • Vert et bleu.
  • Bleu et rouge.
  • Rouge et vert.
  • Le monochromatisme

    Cette maladie visuelle se caractérise par la présence d’un seul cône. L’individu atteint ne perçoit donc pas les couleurs, il ne voit qu’en noir et blanc avec des nuances de gris. Une personne sur 40 000 serait monochromatique.

    Le trichromatisme anormal

    Dans ce trouble de la vision colorée, les 3 types de cônes sont bel et bien présents. Cependant, il existe une anomalie ou une mutation du gène codant sur l’une des cellules photosensibles. Ce qui produit une mauvaise perception de l’intensité des couleurs en fonction du cône touché. Dans le trichromatisme anormal, on distingue alors : la deutéranomalie, la protanomalie et la tritanomalie.

    Forme de trichromatisme anormal : la deutéranomalie

    La mutation se situe au niveau des cônes qui permettent l’identification des longueurs d’onde de couleur verte. Il s’agit du type le plus commun du trichromatisme anormal. En effet, ce trouble visuel touche 1 homme sur 20 et 1 femme sur 300. Notez que le dysfonctionnement visuel est partiel. En plus d’une mauvaise appréciation plus ou moins intense du vert, les nuances de couleurs (rouge, jaune, orange et brun) peuvent également mals perçues.

    Forme de trichromatisme anormal : la protanomalie

    Dans le cas de la protanomalie, ce sont les cônes rouges qui sont affectés. Moins commun que la deutéranomalie, elle touche 1 homme sur 100 et 1 femme sur 3 000. Si la protanomalie affecte la perception du rouge (plus terne que chez les individus avec une vision normale), la distinction des nuances de pourpre s’avère aussi difficile.

    Forme de trichromatisme anormal : la tritanomalie

    Ici, ce sont les récepteurs des longueurs d’onde bleus qui font l’objet d’une mutation. C’est la forme de trichromatisme anormal la plus rare. Les personnes touchées par ce trouble visuel souffrent d’une déficience de couleur bleu-jaune. Elles ont aussi du mal à distinguer les nuances de bleu, jaune, violet, rouge et vert.

    Comment vivre avec le daltonisme et le traiter ?

    Bien que le daltonisme soit vu comme un handicap dans certains métiers, il n’empêche pas de vivre quasi normalement. Si vous êtes daltonien, vous pouvez compenser votre non-perception des couleurs en demandant de l’aide à votre entourage. Ils peuvent par exemple coordonner le choix des vêtements de couleur. Une autre alternative est de les étiqueter, cette méthode fonctionne aussi très bien avec les enfants pour leurs crayons de couleur ou stylo.

    La bonne nouvelle est que le daltonisme représente un avantage dans certaines professions. C’est par exemple le cas de la pêche et de la chasse où les personnes atteintes de cette maladie repèrent plus facilement les poissons et les proies. Encore mieux, des cabinets d’architecture recherchent souvent des daltoniens. Tout simplement parce que ces derniers sont plus sensibles que la moyenne à la lumière et la visualisent mieux. La non-perception des couleurs peut être également un atout dans d’autres domaines graphiques et artistiques.

    Concernant le traitement du daltonisme, on ne peut pour l’instant que vivre avec. Toutefois, il existe à l’heure actuelle des lentilles de contact permettant de corriger la mauvaise perception de la couleur. Attention, ce type de produit n’est pas parfait, mais il permet à son porteur de différencier la couleur rouge et la couleur verte. Si vous préférez les lentilles mensuelles, vous serez ravi d’apprendre que les lentilles anti-daltonisme existent sous ce format. Sinon, vous pouvez toujours vous contenter des lentilles journalières.

    Des scientifiques de l’université de Washington et de l’université de Floride se sont donné pour objectif de guérir le daltonisme. À cette fin, ils travaillent avec un virus adapté qui restaure les cellules photosensibles. Une expérience avec deux singes daltoniens a déjà montré des résultats encourageants.

    Comment savoir si on est daltonien ?

    La réponse à cette question est la même que « comment reconnaître un dysfonctionnement visuel ? » C’est-à-dire passer un test auprès d’un ophtalmologue. D’ailleurs il existe plusieurs tests permettant de diagnostiquer un cas de daltonisme.

    Le test d’Ishihara

    C’est sans doute le test de daltonisme le plus connu. Il a été inventé en 1917 par le médecin nippon Shinobu Ishihara. Le test d’Ishihara consiste à présenter au dyschromate un recueil de 38 planches présentant chacune une mosaïque de plusieurs couleurs disposées apparemment de façon aléatoire. En réalité, au centre de chaque planche se trouve une forme ou un chiffre représenté par un ensemble de points. L’objectif du test d’Ishihara est d’observer si le dyschromate est capable de déchiffrer les planches qu’on lui présente.

    Ce test a un taux de 98 % pour détecter les troubles héréditaires de détection de la couleur de type protan et deutan.

    Le test daltonisme rouge et vert

    Le test daltonisme rouge et vert est un autre examen de la vue très performant pour déceler une mauvaise perception héréditaire des couleurs de type protan et deutan.

    14 planches sont présentées au dyschromate et il doit trouver la rupture d’un anneau situé dans un cercle contenant des points de différentes couleurs. La difficulté augmente d’une planche à une autre, les couleurs devenant plus foncées.

    Le test daltonisme bleu-jaune

    Le principe est le même qu’avec le test daltonisme rouge et vert. Les couleurs qui composent le cercle et l’anneau sont difficiles à distinguer pour un daltonien.

    Le test de Holmgren

    Pour réaliser le test de Holmgren, l’ophtalmologue présente au dyschromate un fond gris et des brins de laine. Ce dernier devra les rapprocher selon leur couleur.

    Le test de Farnsworth-Munsell

    Ce test a vu le jour en 1943. À l’époque, il servait aux usines américaines qui souhaitaient détecter les travailleurs ayant des difficultés à distinguer les couleurs.

    Le test de Farnsworth-Munsell

    Le test Farnsworth-Munsell consiste à placer le sujet devant une suite de couleurs dont la première et la dernière sont fixes. Puis, il doit classer les couleurs intermédiaires dans l’ordre des nuances.

    Le test de rangement de couleur

    Dans le cas de ce jeu, il faut ranger les couleurs en fonction des teintes proposées. Attention, durant le test de rangement de couleur, l’œil dispose de moins d’une minute pour s’adapter aux couleurs.

    Le jeu de l’accord des couleurs

    Le but de ce jeu est de reconnaître les couleurs primaires pour par la suite les accorder entre elles. Il est à noter que la couleur change, mais pas le contraste et la clarté. Avec le jeu de l’accord des couleurs, on dispose d’un temps (qui varie de 1 à 3 minutes) pour le finir.

    Le test de la lanterne de Beyne

    Le test de la lanterne de Beyne fait suite au test d’Ishihara et il est surtout utilisé dans l’aviation et la marine. Vous aurez deviné, ce test sert à déterminer si la distinction des couleurs est suffisante pour intégrer les professions dans ces domaines ou d’autres.

    Durant le test de la lanterne de Beyne, on présente au sujet pendant un court laps de temps 5 couleurs : blanc, rouge, bleu, vert et jaune-orangé. Le dyscrhromate nomme la couleur lancée et n’a pas le droit à l’erreur.

    Du fait que les fautes ne sont pas autorisées et du court laps de temps, les personnes non daltoniennes peuvent aussi échouer à ce test. Il devient alors compréhensible que la lanterne de Beyne soit controversée.

    Le CUVT ou City University Colour Vision Test

    Le CUVT consiste au montage de cercles de couleurs, le sujet doit montrer s’il parvient à les différencier ou non. Ce test se divise en 2 parties. Dans la première, on aligne 3 cercles et on demande au sujet de designer celui qui est différent des autres. Pour la dernière partie, les cercles sont rangés de sorte à former une croix. Ici, le sujet montre l’extrémité qui a la même coloration que le centre.

    Faites le test daltonisme bubbly

    Sachez que vous trouverez sans mal sur internet de nombreux tests de daltonisme. Mais faites attention, car tous n’ont pas la même qualité de dépistage. Ainsi, pour profiter d’un diagnostic juste et précis, l’idéal reste de passer le test auprès d’un ophtalmologue ou d’opter pour un test en ligne préparé par un professionnel sérieux.

    Votre opticien bubbly vous permet justement de passer un test daltonisme avec un excellent degré de qualité et réalisable depuis votre ordinateur.

    Pour en revenir au daltonisme, au final, bien qu’il s’agisse d’une maladie, elle affecte peu la vie de celui qui en est atteint. Par ailleurs, même si elle ferme la porte à certains métiers, elle peut représenter un atout dans d’autres secteurs professionnels.

    Besoin de conseils pour choisir des lentilles adaptées à votre déficience visuelle ? Faites appel à nous, nous sommes là pour vous servir.

    Un doute quant aux lentilles dont vous avez besoin?



    !--

    Voir la vie en bubbly

    Vous aussi, découvrez vite tous les avantages des lentilles bubbly

    -->